Parasite rechercher

228319

Qui d’entre vous a écouté la série de 4 films (bientôt 5) d’Alien? Si on prend le premier pour en faire un résumer, un équipage se fait réveiller beaucoup plutôt de leur sommeil (comme pour le film Passager et apprend qu’il y a une alerte de détresse, ils vont sur la plante et un membre de l’équipage reviens avec une étrange créature sur le visage, le personnage principal qui est une fille, ce qui est rare pour l’époque veut absolument suivre les mesures de quarantaine, mais les autres passe outre. Vous connaissez la suite, une créature transperce l’abdomen de la victime et attaque tout l’équipage afin de leur transplanter d’autre de ces semblables dans leur corps. Un parasite quoi.

alien

Mais l’envers de la médaille c’est l’androïde qui se trouve sur le vaisseau. La vie des gens lui importe peu, ce qu’il veut c’est d’emporter la créature sur terre afin de l’étudier et ainsi de le contrôler comme arme. Le personnage principal essayera durant les 4 volets de ce débarras de la créature, car elle sait qu’il est impossible de la contrôler puisqu’elle est une bête assoiffée de sang. Elle y restera la vie lors du troisième volet afin qu’il ne mette jamais la main dessus. Mais ceux-ci se fou carrément des avertissements du héros, ils feront un clone de celle-ci afin d’avoir finalement la créature entre leur main.

4312874448_6524956e97_o

Mais la grande question, est-ce qu’il existe vraiment des gens qui sont prêts à sacrifier la vie de plusieurs centaines d’innocents afin d’avoir simplement une arme de destruction massive? C’est un point qui choque dans ce film. Les réalisateurs le croient surement pour toujours faire revenir la question dans chaque film. On peut surement la comparer la l’industrie du pétrole. L’Amérique va en guerre afin de garder le pétrole pour eux, plusieurs gens se sacrifient afin que tout se masse comme le plan l’indique. Les compagnies ne pensent jamais aux facteurs humains, ils veulent le progrès, quoi qu’il en coute. Ça me dégoute. Derrière chaque vie se trouvent des gens qu’ils l’ont aimé et qui l’aimeront toujours. Ils ne sont pas simplement des instruments qu’on peut se servir quand bon nous semble. Dans le quatrième volet, la compagnie commence à comprendre, il est impossible de contrôler ce monstre, presque tous y perdront la vie. Espérons qu’ils comprendront. Même le héros est écoeuré de sauver le cul de ces bons à rien, car ils ne comprennent jamais la leçon. Une colonie entière a été décimée à cause de leur ambition. Espérons que les nôtres ne se rendront jamais là.

Publicités

Doumdoum… Doumdoum… Doumdoum

maxresdefault

Cet air donne la frousse à tous ceux qui se trouvent dans l’eau. Comment vider une plage? Fredonner la trame sonore Des dents de la mer. Ce film des années 70 est une merveille technique pour l’époque. Même s’il y a beaucoup de problèmes lors du tournage en mer avec le requin mécanique, Spielberg réussit un film qui rend honneur au livre.

Mais parlons de l’envers de la médaille. Ce film a réussi à faire peur aux gens. Cette peur s’est transformée en haine et celle-ci s’est transformée en chasse aux requins. Les gens ont eu si peur durant le film qui commence à avoir peur de tout. Lorsqu’ils sont dans l’eau, les gens ne peuvent pas se sortir de la tête la fiction du requin géant.

18842378_20130802175120167

Il y a que quelques types de requins qui sont dangereux pour l’homme, comme le requin-bouledogue. Celui-ci est dangereux, car il est l’un des rares requins qui peuvent survivre en eaux douces surtout près des plages publiques. Cependant, il est prouvé qu’il est beaucoup plus probable de mourir d’une noyade que d’une attaque de requins. Mais lorsque ceux-ci subvient, on en entend parler instantanément et une chasse se déploie.

dents-de-la-mer-1

Si on prend exemple sur le grand requin blanc, l’humain ne se trouve pas dans son menu. Les attaques sur l’humain étaient toujours liées avec les mêmes liens : surfeur, crépuscule ou l’aube et une colonie d’otaries à proximité. Toute la circonstance était mise en place pour une attaque. Mais son reste qu’il n’attaque jamais l’homme sans motif, il y a erreur sur la personne. Lorsque le requin attaque, une membrane couvre son œil afin de le protégé, donc il ne voie pas ce qui se trouve au-dessus de lui au dernier moment. L’homme se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment.

Donc, pour résumer, les films réussi à faire un brain wash dans la tête des gens et ne savent plus où se trouve la fiction et la réalité comme se fus le cas pour la grande chasse intensive du requin.

ob_2b7eb0_dents-de-la-mer-6

Lien:

Un film, une histoire

Il faut clarifier les choses!

Parlons un peu de la médiation et de la médiatisation. Beaucoup de gens se trompent l’un avec l’autre. Il faut alors clarifier les choses. Commençons par la médiation. Ce n’est pas lier aux médias comme le journal, les nouvelles et, etc. Celui-ci est lié à l’audiovisuel et au message médiatique. Nous pouvons le retrouver dans les documentaires et les films. Celui-ci recherche une sensibilité esthétique lier à la signification propre du réalisateur. Si nous prenons exemple sur le réalisateur Steven Spielberg et son film Le parc jurassique on retrouve la vision d’un homme qui se refuse d’être père, mais qui prend à cœur la survie de deux enfants. Celui-ci fera tout en son pouvoir pour les aider et leur montrer le bon chemin. Cet exemple banal est très significatif, car dans les films qui suivent il y a souvent la présence d’un enfant et d’un homme célibataire qui va l’aider. Contrairement au dernier volet Le monde de jurassique, réalisé par un autre réalisateur, on perd cet aspect, car nous voyons rarement l’homme avec les deux enfants, celui-ci reste avec la femme.
Du côté de la médiatisation, ceci est simple, nous pouvons le représenter par les nouvelles à la télévision. On recherche à mettre le plus d’information possible dans le peu de temps que nous disposons. On perd l’esthétique de la médiation et celui-ci donne trop d’information et on perd l’essentiel.
Donc pour résumer, la médiation et la médiatisation ne sont pas semblables, ils sont même totalement différents. L’un recherche l’esthétique afin de présenter son message tandis que l’autre donne le plus de messages possible dans le peu de temps qu’il lui est disposé.
Donc médiation n’est pas les média de journaux et de nouvelle, mais plutôt de cinématographique et la médiatisation c’est les nouvelles et les journaux.

Dans quel monde vivons nous?

Voici un article répondant à celui de Patatepillée.

 

Il est vrai que dans notre société d’autre fois et encore aujourd’hui nous avons toujours été très crédibles. On nous conte des histoires croyantes que cela est vrai on en parle à d’autre et ainsi de suite.

404840_art_dinozavr_yarost_trava_reka_solnechnye-luchi_1680x1050_(www.GdeFon.ru)L’homme s’est toujours nourri d’histoire et de mythe. Nous pouvons prendre exemple sur les dragons dans le moyen âge. On ne sait pas ce que les gens ont vu, mais tous les supports visuels qui nous sont parvenus à notre époque montrent clairement un lézard géant avec des ailes. Cependant nous pouvons les comparer au dinosaure. Peut-être que les gens ont seulement retrouvé des ossements et ils ont cru au dragon. Personne ne le sait et on ne le sera jamais. L’imagination des gens est si fertile que nous ne savons pas ce qui est vrai ou non.

Si on prend un exemple de notre époque, on en trouve à pelleter sur internet. Vidéo de véritable sirène, monstre marin, un homme et un lapin ont un enfant et, etc. À cause de toutes ses histoires, il est presque impossible de savoir ce qui est vrai ou non. Même s’il y a des explications logiques à certains phénomènes, comme les serpents de mer, qui serait en réalité un étrange poisson qui vie dans les profondeurs de l’océan, les gens n’y croient pas. Dans ces cas-là, les gens ne veulent pas écouter l’avis des chercheurs et scientifique. En résumé, les gens ne veulent pas voir la vérité en plein visage.

Nous vivions une ère où il n’est pas possible de savoir qu’est-ce qui est vrai ou non, car les avis sont si partagés que rien ne peut être prouvé à 100 %. Ce qui est dommage c’est qu’il n’est pas possible que les gens perdent cette crédibilité et que jamais on ne la perdra.

C’est quoi tous ses préjugés?

Voici une réponse à l’article « Le spectacle dans les médias » de chillyfosblog.

Il est vrai que tous les médias nous font des attentes à la vie, que ce soit pour l’amour, la façon d’être et la vie en générale. Mais c’est faux! Rien n’est comme ça dans la vie, nous fonçons dans un mur de brique quand on s’en rend compte, et ça fait mal.
Il est triste, car dans les films, les personnes son pris dans leurs rôles et même s’ils voudraient changer ils ne peuvent pas. Ils sont coincés dans cet horrible destin sans pouvoir changer quoi que ce soit. Le plus déplorable ce sont les enfants qui se font des attentes, ils croient que si leur parent travail dans la construction, ils doivent faire pareil, car leur grand-père la fait avant eux, son père aussi et ainsi de suite.

aladdin1
Les foutus médias nous inculpent dans notre tête qu’on ne peut pas changer notre destin et que si nous somme pauvre, nous allons le rester pour le reste de notre vie, comme inversement si nous somme riche. Mais ils oublient que les gens peuvent modifier leur destin : pinson à Aladin de Disney, il commence orphelin, pauvre, et détester de tous. À la fin il devient riche, sort avec une jolie jeune femme (où la morphologique n’existe pas dans se bas monde) et riche. OK c’est un Disney, mais il laisse voir le message où que si on croit à nos rêves, il soit possible de devenir qui on veut. Mais par contre, il ne faut pas se laisser avoir par les médias et continuer pour qu’il devienne réalité. Ce ne sera pas facile, mais il est possible d’y arriver avec de la persévérance. Mais malheureusement, quand on est enfant on est naïf en maudit, donc il ne comprend pas ce petit message subtil du film.

Le Malhonnête

Souvent je me suis fait des fausses attentes dans la vie. Bien qu’une partie de la faute repose sur mes parents, mon éducation ou même moi-même, la faute revient principalement sur les médias. Nous parlons d’ici de « Spectacle » : en résumé, c’est quand les médias inter change notre notion du vrai et du faux. Cependant, il est parfois difficile de percevoir la présence de cette illusion puisqu’elle présente depuis la naissance. J’analyserai donc 3 cas de réalités illusoires dans notre société. Sachez que les exemples donnés dans mon texte sont basés sur les films et les médias grands publics.

D’abord, l’exemple le plus évident serait celui du physique de l’homme et de la femme dans les films. Nous nous retrouvons avec des personnages féminins faits comme des cure-dents et des personnages masculins faits comme des armoires à glace. Pas besoin d’aller chercher loin pour trouver des preuves : la majorité des blockbusters…

View original post 334 mots de plus

Tout ce qu’on vit n’est que pure illusion.

 

Baudrillard a écrit un livre, Simulacres et simulation, disant que tout ce que l’on vit n’est que pure illusion. Il n’a pas tort, les gens changent leur façon de penser par peur de se faire rire d’eux. Mais aussi, son constat fonctionne encore aujourd’hui, exemple, les jeux vidéo son rendu si réalisme que nous la perdons aujourd’hui. Les gens se plonge dans cette simulation pi il oublie qu’ils ne sont plus dans le monde réel. Mais il est possible de mettre cette théorie dans une autre situation : l’école.

Primaire, secondaire, cégep, université et n’importe quoi d’autre qui si rattache n’est que pure simulation. On nous met dans un contexte choisi, avec plusieurs contraintes afin que tous réussissent. Mais une fois que nous sortons de cet environnement, ça ne marche plus comme ça. Si quelqu’un veut que nous fassions un tel projet il n’y a rien a se rattacher et d’étape à suivre. Donc on devient des gens qui ne fonctionnent plus. Voici le simulacre.

À l’instar d’avant, les films étaient plus fantastiques, les gens les regardaient et il savait que cela ne pouvait pas se passer, mais aujourd’hui on pousse tellement le réel que les scénarios commencent à devenir banals; vie de célibataire, vie d’un jeune garçon. On recherche à recréer la réalité que les super bons films comme : Harry Potter, Eragon, Seigneur de l’anneau et, etc. n’existe très peu.2016%2f7%2f3%2fhp-cae3c33a-4904-4266-8f09-e5ef38f6a33b

Cette fausse représentation de la réalité est devenue trop importante dans la société d’aujourd’hui que nous perdons l’imagination, comme si tout le monde voudrait voir ce qui se passe dans la vie d’autrui. Sincèrement, je trouve sa nulle, on doit vivre la nôtre sans plus, il faut arrêter de regarder la pelouse du voisin voir si elle est plus verte. Mais, il est vrai que quelquefois les simulations nous font rêver.

1976 vs 2005

Qui a vu King Kong? Le fameux film avec un gorille géant qui enlève ou rescape une jeune femme sans défense d’un groupe d’indigènes qui la sacrifie au grand Kong. Mais le but de cet article n’est pas de parler de l’invraisemblance de cette créature, mais plutôt de l’invraisemblance de cette jeune femme. Sérieusement, après avoir écouté King Kong 1976 qui passait par hasard à cinépop un jeudi soir je me suis mise à l’écouter croyant que c’était celui de 2005. J’ai été choqué par l’interprétation de Jessica Lange dans le rôle de Dwan. Dans le bon jargon québécois, elle jouait une foutue nunuche. Ah! je me promène sans sous-vêtement, je me fais droguer et je me laisse kidnapper par un gorille géant sans me débattre, je m’évanouis et je me mets en danger. Une typique blonde, un peu pute pour rester polie. C’est vrai que pour le point de vue de l’époque tout est normal, mais sérieusement son rôle rabaisse la femme. La mise en scène de celui de 2005 le prouve aussi, Naomi Watts, pour le même rôle, qui recherche un travail dans le théâtre se fait même référer à devenir danseuse, pute, car elle a un beau corps et qu’elle est encore jeune. Mais, puisque le film est à notre époque, elle renonce et veut devenir une femme indépendante en s’engagent dans une aventure d’où elle ne connaît pas tous les détails. Ses ainsi qu’elle se fera obéir au doigt et à l’œil par un gorille de 30 m. Même si les deux actrices jouent leurs rôles de deux façons distingue, une chose reste pareille, elles ne peuvent pas se libérer seules. Il y a toujours une troupe d’hommes et son chevalier, avec qui elle va finir à la fin du film. Il y a toujours cette question ambiguë, la femme peut-elle se sauver seule? Est-ce que le prochain film Kong qui va sortir prochainement va garder le même gabarit en sauvant une femme? Est-ce que la femme peut sauver un homme? Quand la société arrêtera-t-elle d’avoir du mépris pour la femme? Plusieurs questions sans réponse. Une chose est sûre, une de ses questions aura sa réponse prochainement.